Taux de clic et ouverture newsletter

Les entreprises qui soignent leur communication mettent en place une newsletter et des campagnes d’emailing. Cette opération relativement bon marché permet de tenir au courant vos clients et prospects de vos dernières offres commerciales. Mais aussi de les informer des actualités de votre entreprise. Cela dit, envoyer une newsletter est relativement simple. Par contre, s’assurer que l’emailing est lu, c’est une autre paire de manches. Voici quelques trucs simples pour améliorer le taux de clic et d’ouverture de vos courriels.

Taux de clic et d’ouverture : des indicateurs clés du succès d’une campagne d’emailing

Lorsqu’on met en place une newsletter ou une campagne d’emailing, il est crucial de mesurer son efficacité. C’est non seulement utile pour évaluer son impact. Mais aussi pour l’améliorer au fil du temps. Parmi les indicateurs les plus importants, il y a le taux d’ouverture et de clic. En bref, cela permet de connaître le pourcentage de destinataires qui ont ouvert le courriel ou le lien lorsque le contenu n’est pas intégré à l’email. Cette information est fournie par tous les outils de mass mailing. Qu’il s’agisse d’un module WordPress ou d’un outil distinct tel que MailChimp or Aweber.

Premier conseil : bien choisir le moment auquel vous envoyez vos e-mails

Si on souhaite que ses e-mails soient lus, il faut les envoyer lorsque les destinataires sont les plus à même de pouvoir/vouloir les lire. Ce n’est pas votre planning qui doit déterminer le jour ou l’heure de l’envoi, mais bien ce paramètre. D’autant qu’avec les outils de bulk mailing, vous pouvez choisir le moment auquel vous envoyez votre e-mail…

Même si cela peut changer d’un secteur à l’autre, habituellement le lundi n’est pas une journée propice. En effet, votre e-mail risque de se retrouver parmi une longue liste. Et donc de finir à la corbeille sans autre forme de procès. En milieu de semaine et en milieu de journée : il s’agit, en règle générale, du meilleur moment pour envoyer une newsletter. Mais n’hésitez pas à expérimenter un peu pour déterminer quel créneau horaire est le plus efficace en termes de taux de clic et d’ouverture.

Second conseil : bien choisir la fréquence

Si vos emailings sont trop rares, vos clients risquent de les ignorer. Si vous les bombardez, vous obtiendrez le même résultat. C’est pourquoi il convient de bien doser la fréquence d’envoi. Comment faire ? Le plus simple consiste tout simplement à demander à vos abonnés à quelle fréquence ils souhaitent recevoir de vos nouvelles durant le processus d’inscription.

aide Pays de la Loire numérique PME

Traditionnellement, il faut essayer d’envoyer au moins une newsletter par mois. Pour ne pas tomber dans l’abus, on évitera plus de 2 envois hebdomadaires. Même si, une fois de plus, cela dépend de la nature de l’envoi et de votre secteur d’activité.

Troisième conseil : rédiger une accroche qui donne envie de cliquer

Dans le monde du web, on dispose d’une fraction de seconde pour convaincre des lecteurs qui font l’objet d’une rude concurrence pour leur attention. C’est pourquoi les mots doivent être choisis avec méticulosité. Dans le cadre d’une newsletter ou d’un mailing, l’objet de l’e-mail et le paragraphe d’introduction doivent être particulièrement bien tournés. Ce sont les accroches qui permettront, ou pas, d’hameçonner le lecteur.

L’objet de l’email devra être particulièrement punchy, éveiller la curiosité du lecteur, sans mentir sur le contenu. Le texte d’introduction doit résumer de façon dynamique et attractive le sujet du courriel.

Quatrième conseil : choisir avec soin le nom de l’expéditeur, ainsi que l’adresse

Dans un monde du courriel ou le spam reste un problème majeur, il est important d’instaurer la confiance avec le destinataire. Si vous ne soignez pas le nom de l’envoyeur, ainsi que l’adresse d’envoi, vous courez le risque d’être ignoré. Actuellement, il est courant d’utiliser un prénom (ou prénom + nom) suivi du nom de l’entreprise. Il est préférable que l’adresse d’envoi appartienne au nom du domaine du site internet de votre société.

Cinquième conseil : les trucs pour ne pas être considéré comme du spam

Bien entendu, si un e-mail arrive dans la boîte spam de votre destinataire, les chances qu’il soit ouvert sont minces. Vous pouvez éviter cela en utilisant les trucs suivants :

  • Évitez d’envoyer votre e-mail via un serveur mutualisé : en effet, si un expéditeur se comporte mal, vos envois seront impactés
  • Les mots spam sont à proscrire : l’utilisation de certains mots garantit presque sur facture d’être marqué en spam. Des outils web permettent de vérifier que votre texte est clean

Besoin de l’assistance d’un pro pour votre newsletter et vos emailing ?

Que ce soit pour des conseils pour l’élaboration de votre newsletter ou la prise en charge de vos campagnes d’emailing, Welko est à votre disposition. Contactez notre agence de communication à Angers pour des renseignements sans engagement ou un devis.