site web écologique

L’écologie est désormais un mouvement mainstream qui préoccupe l’intégralité ou presque de la population. Tout le monde doit apporter sa pierre à l’édifice de la protection de l’environnement. À ce titre, le secteur de l’internet est tout aussi concerné. Comment créer un site web écologique ? Voici les conseils de Welko, votre agence de communication et de création de sites éco responsable à Angers.

Protection de l’environnement : l’affaire de tous, y compris des pros du web

L’écologie a fait son entrée dans la vie politique au début des années 70. Au départ mouvement marginal, il a gagné en traction pour au final engendrer une prise de conscience collective des enjeux. Réchauffement climatique, pollution des sols et des nappes phréatiques, protection de la biodiversité… Préserver l’environnement n’est pas qu’une démarche altruiste. Il en va de l’intérêt personnel de chacun, de la santé et de la longévité de tou(te)s. Ainsi que de nos enfants.

L’empreinte carbone du web

Si le numérique semble de prime abord écologique, il a tout de même une empreinte carbone non négligeable. Toute l’infrastructure du web consomme de l’électricité. Il faut maintenir les serveurs allumés 24 heures sur 24, climatiser les data centres, alimenter toutes les machines et l’infrastructure qui permet à l’internet de fonctionner sans relâche. Les utilisateurs doivent adopter certains gestes pour être écolos sur le web. Mais les créateurs et les gestionnaires de sites doivent également faire leur part. Voici comment créer un site internet écolo.

Premier conseil : la légèreté pour créer un site Internet écolo

Lorsqu’on crée un site web, on a tout intérêt à le faire aussi léger que possible. Un site internet light charge plus vite. C’est excellent pour l’expérience utilisateur (UX design). Mais aussi pour le référencement, car Google prend en compte la vitesse de chargement des sites dans son évaluation SEO. Bien entendu, un site éco responsable consomme moins de ressources. Il est donc synonyme de site internet écologique.

Cela dit, comment créer un site léger ? Doit-on réduire le nombre de pages, les produits de son catalogue ? Non. Par contre, on peut prendre des tas de mesures qui n’impactent pas la qualité du site, l’expérience utilisateur ou la densité du contenu.

Par exemple, on peut privilégier les technologies légères. Le Flash, par exemple, était encore utilisé récemment malgré sa lourdeur. Il a fallu que les navigateurs ne le supportent plus pour l’éliminer complètement du paysage. Limiter l’utilisation de JavaScript permet de réduire la consommation des appareils qui consultent votre site.

La compression des photos et des vidéos permet aussi de limiter drastiquement le poids des pages, sans nécessairement perdre en qualité (à peine perceptible). Même le choix des polices peut avoir une influence !

Deuxième conseil : choisir un hébergeur écolo

Comme expliqué dans l’introduction, c’est surtout l’infrastructure du web qui est énergivore. Si vous n’avez pas de contrôle sur la consommation des FAI et des visiteurs, vous avez la main sur votre hébergeur. Vous pouvez donc choisir une entreprise qui s’engage sur ce front. À ce titre, Welko recourt au service respectueux de l’environnement d’Infomaniak. Cet hébergeur vert a adopté une charte en 20 engagements pour web écologique. Les plus significatifs étant :

  • Compensation à 200 % des émissions de carbone
  • L’électricité consommée provient uniquement de sources renouvelables
  • Recherche constante de l’optimisation de la consommation énergétique

Vous pouvez utiliser cet hébergeur… pour autant qu’il soit plutôt proche de vos visiteurs. En effet, il est conseillé d’héberger son site dans un data centre proche de la majorité de ses utilisateurs. S’ils sont disséminés de par le monde, recourir à un CDN (content delivery network) permet de résoudre le problème. En bref, cette solution dissémine dans des data centres un peu partout sur la planète les contenus (images, vidéo…). En réduisant le temps de transit, on réduit l’empreinte carbone du visionnage des médias, tout en améliorant la vitesse de chargement.

En choisissant de telles solutions, vous pouvez ainsi réduire l’empreinte carbone de votre site web.

éco conception web

Troisième conseil : utilisez un plug-in de caching si vous utilisez WordPress ou WooCommerce

Les CMS sont des outils géniaux pour déployer rapidement des sites internet puissants et évolutifs. Malheureusement, cette architecture signifie des opérations complexes à chaque chargement de page. Par exemple, pour consulter une simple page HTML, il suffit de la télécharger et de l’exécuter. Pour visualiser une page WordPress, le CMS doit récupérer des informations de la base de données, exécuter du script PHP pour obtenir le contenu final.

La solution idéale serait de recourir à l’HTLM, mais dans l’immense majorité des cas c’est pratiquement impossible. Il existe une solution pour profiter du meilleur des 2 mondes : le caching. En bref, cela permet d’enregistrer le contenu de la page qui s’affiche après avoir exécuté toutes ces opérations. Résultat des courses, les serveurs consomment moins d’énergie. Et l’utilisateur final est aussi content, car la page charge beaucoup plus vite.

Quatrième conseil : créer un site ergonomique, c’est écolo

Plus un utilisateur trouve facilement l’information qu’il cherche sur votre site, moins il va naviguer dessus. En limitant le nombre de pages chargées, on réduit donc l’impact sur l’environnement du site. Il faut donc que le contenu soit bien organisé (site map), rédigé de façon concise et claire.

Cinquième conseil : utilisez AMP pour un site mobile plus écolo

AMP, acronyme d’Accelerated Mobiles Pages, est une technologie open source qui été développée notamment sous l’impulsion de Google. AMP a été créé afin d’accélérer le temps de chargement des pages internet sur appareils mobiles. La technologie supprime le code superflu, ce qui permet d’alléger le contenu à télécharger. L’impact d’AMP est le plus visible lorsque le site qui y a recours n’a pas été optimisé de façon efficace. Cet outil doit cependant être utilisé avec prudence, car il peut supprimer du contenu que vous jugez essentiel.

Comment évaluer l’empreinte écologique d’un site web ?

Il existe des outils qui permettent d’évaluer l’empreinte carbone d’un site web. Il y a par exemple websitecarbon.com, qui milite pour un web écologique. Il suffit d’indiquer l’URL d’un site pour consulter son empreinte carbone. L’outil prend en compte 5 paramètres clés :

  1. La quantité de données transférées
  2. L’intensité énergétique des données
  3. La source d’énergie utilisée par le data centre
  4. L’intensité carbone de l’électricité
  5. Le trafic du site

Bien entendu, il s’agit d’un chiffre indicatif. Il est impossible de calculer la quantité exacte de CO2 produite à chaque visionnage de page vu le nombre de paramètres qui entrent en jeu. Mais cela permet de se faire une idée.

Conclusion : créer un site écolo est foncièrement profitable

Comme nous venons de le voir, les réflexes à adopter pour créer un site écolo ont un sens, même d’un point de vue strict du business. De nombreuses mesures que l’on va prendre pour limiter l’empreinte carbone du site auront des conséquences positives sur l’expérience utilisateur, l’efficacité du site. Certes, il y a parfois des points de conflit. Par exemple, pour le SEO les moteurs aiment les textes d’une certaine longueur, ce qui va à l’encontre de l’impératif de la concision et de la légèreté. Mais en adoptant une stratégie SEO adaptée, on peut régler ce genre de problème (par exemple en créant des articles plus longs qui lient vers des pages plus concises, mises en avant dans le menu).

Vous souhaitez créer un site internet écolo, ou rendre le vôtre plus respectueux de l’environnement ? Welko, votre agence web à Angers, se fera un plaisir d’appliquer les recettes de l’éco conception web à votre site.