Partager

Retour

La programmation verte rend le web plus écologique

site web écologique

De petites mesures sont susceptibles d’alléger un site web. Quand on les applique, non seulement il est plus rapide, mais aussi plus respectueux de l’environnement. Les développeurs qui s’engagent pour un web plus écologique sont de plus en plus nombreux. En voici un exemple avec Danny Van Kooten. 

Les principes de la programmation verte

Il est l’auteur d’un plug-in WordPress populaire pour faciliter l’utilisation du module d’envoi d’e-mails Mailchimp. Plus précisément, l’inscription d’utilisateurs à la liste. Comme tous les plug-ins, le sien ajoute du code à l’installation WordPress. Chaque fois que quelqu’un visite la page d’inscription, le serveur doit envoyer une partie du code de van Kooten vers son navigateur. Cela consomme de l’énergie. Plus le code est léger, plus c’est écologique.

Van Kooten a donc décidé d’optimiser son code. Depuis, il envoie 20 Ko de données en moins. Globalement, le site consomme un peu moins d’énergie chaque jour. Évidemment, 20 Ko n’est pas une quantité de données délirante. Cependant, quand on sait que 2 millions de sites web utilisent son plug-in, au total l’impact est significatif. Selon une estimation à la louche, cette optimisation du code a permis de réduire l’impact CO2 de son plug-in de 59 tonnes par mois. Ce qui correspond à environ 85 vols aller-retour entre New York à Amsterdam. Il faut avouer que c’est pas mal pour 2 heures de travail !

L’exemple de Van Kooten est loin d’être un cas isolé.  Ces pratiques sont adoptées par de plus en plus de concepteurs de sites internet du monde entier. Ils appellent cela la conception de logiciels « durable ». Désormais, l’impact écologique de toute activité sur la toile est quantifié par des spécialistes afin de responsabiliser tout le monde.

Web écologique : de nombreuses améliorations possibles

Le web est un environnement qui ne manque pas de possibilités d’optimisation. Au printemps 2022, un groupe d’étudiants a conçu un filtre qui réduit de 40 % la taille du fichier d’une photo Instagram que vous publiez. L’objectif n’était pas seulement d’économiser de l’énergie, mais aussi de produire quelque chose de tellement cool que les internautes auront envie de l’utiliser.

Optimiser notre monde numérique pour consommer moins d’énergie va aussi le rendre plus agréable. Le code de tracking et les publicités sont un autre gros problème. Non seulement cela nuit à l’expérience, mais c’est aussi lourd d’un point de vue des données.

Pour illustrer ce fait, considérez ceci. Lorsque les réglementations de l’Union européenne ont obligé les entreprises américaines à supprimer certains codes de suivi de leurs sites pour les visiteurs européens, la taille de la page d’accueil de USA Today a perdu 90 % de son poids. Résultat des courses, un temps de chargement 15 fois inférieur en Europe !

Même nos habitudes de communication ont un impact. On peut être plus écolo sur le web en modifiant nos comportements. Si on s’abstenait d’envoyer un e-mail par jour du genre “merci”, “ok”, on réduirait les émissions de CO2 de plusieurs tonnes par année.

PARTAGER

Nos clients parlent de nous